lundi 20 mai 2013

"Corps de femme", de Sylvain Guillaumet



Un "Corps de femme" ce n'est pas forcément ce que nous imaginons. Le récit d'une histoire d'amour, au sens premier du terme, dans laquelle la femme serait tout pour nous. La femme mais rien que la femme, et tant qu'à faire, une seule femme.
Non, ici, avec ce recueil publié par Sylvain Guillaumet, la surprise est totale. Nous pensons goûter à la chaleur de la peau de la bien-aimée à la belle saison. Et voilà que nous sommes plongés dans la nature, souvent désertée par les hommes, dans ce monde des choses inanimées, qui parfois, peuvent nous devenir hostiles.
De là à dire que "Corps de femme" est un recueil panthéiste, il n'y a qu'un pas.
En tout cas, pendant que nous sommes dans les références, il y aurait bien ici un peu de romantisme allemand. Cette poursuite éperdue de ce qui n'est finalement que l'épaisseur des choses.
L'écriture de Sylvain Guillaumet, très riche d'images et en même temps précise, surprend par la variété de ses visions.
En voilà deux exemples :

"Ton front

crosse le jour
chien-loup la nuit

il veille sur toi

parfois
sans que tu le saches
un fantassin du désir
dans les fossés de la nuit

tombe

son fusil
sous le bras

son harpon
dans le coeur
crosse le jour
chien-loup la nuit

il veille sur nous aussi

vaillants petits soldats
ayant pour toi

déserté notre partie"

Ou bien, encore :

"Soleil complice

sur un chemin
tu te promènes

insouciante
lointaine

sans voir
derrière toi

glisser
dans les cailloux
dans les ronces

une fileuse noire".

Il me semble que nous sommes ici assez loin d'une histoire d'amour conventionnelle et ça, ça me plait ! Cependant, comme le précise l'auteur en 4e de couverture, il s'agit d'une lettre d'amour.
Mention spéciale pour la mise en page de ce recueil par les éditions Musimot que j'ai beaucoup aimée, par sa sobriété (vrai blanc, photos noir et blanc).

Pour en savoir plus sur ce recueil vendu au prix de 10 €, allez faire un tour sur le site des éditions Musimot, http://musimot.e-monsite.com/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire