jeudi 21 juillet 2016

« Je n'ai jamais été mais il est encore temps », de Natyot


Publié par les éditions Gros Textes, « Je n'ai jamais été mais il est encore temps », de Natyot est un recueil de poèmes qui ne cache pas ses caractéristiques. Illustré par une belle couverture couleur d'Eugénia Loli, ce livre se remarque d'emblée. A l’intérieur aussi, ça bouge beaucoup.

Tout d’abord, c'est l’œil qui lit les poèmes en les parcourant sur toute leur surface.

Denses et en même temps remplis de reprises « musicales » ou émaillés de polices de caractères différentes, ces textes sont faits pour être lus à voix haute, car ils fonctionnent sur le mode de la prolifération verbale. Ce qui ne les empêche pas également d'être agréables à lire avec sa voix intérieure.

Attention, il ne s'agit pas uniquement de brillantes improvisations : ces textes ont du contenu. Ils reproduisent à la fois le discours de l'auteur et celui des contraintes sociales : par exemple, toujours mieux faire, ou travailler plus vite, ou être toujours dans la nouveauté : faire les beaux en un mot.

Il y a aussi, dans ces poèmes, un clin d’œil aux tics de langage, tel ce « bon » en caractères gras qui rythme l'un des textes.

En définitive, le lecteur est satisfait de se rendre compte que ses pensées secrètes peuvent être partagées par d'autres personnes. Cette satisfaction peut venir justement de l'insatisfaction qu'il y a parfois à constater que l'on n'a pas pu vivre tous les rôles que l'on voudrait tenir dans sa vie, comme dans ce texte qui débute par « je n'ai jamais été farouche mais il est encore temps... »

Je signale enfin la présence des illustrations intérieures, qui sont également de Natyot et constituent la traduction en noir et blanc et couleurs de ses pensées. Il s'agit d'arbres, dont seule la silhouette couleur est définitive. Le dessin en noir et blanc autour traduit la façon dont cet arbre peut grandir...Bref, comme une illustration de notre propre vie qui peut proliférer en tous sens. Une belle promesse d'épanouissement.

L'artwork est de Sidonie Grafik.

Extrait de « Je n'ai jamais été mais il est encore temps », de Natyot :

« PRESENTE !
je suis présente. je le dis plusieurs fois. PRESENTE PRESENTE PRESENTE comme ça je le sens bien. j'y suis bien. je ne me moque pas. je fais en sorte. je me fais l'appel. le rassemblement de tout moi ensemble. on est là. on se tient. on s'y tient. on a de quoi tenir longtemps. je sais l’importance. ne pas être ailleurs quand on est là c'est important. PRESENTE de toutes mes forces PRESENTE à perdre haleine PRESENTE avec ma peau avec mes organes avec ma respiration qui fait le boulot à merveille avec les habitants du crâne avec mon noir immense avec ma langue pour le dire PRESENTE je grouille. j'abonde. je pullule. j'y suis. je suis dans le maintenant. dans le maintenant avec les autres. les autres présents qui veulent bien se donner ma peine. je n'ai pas envie d'arrêter. arrêter ce serait moche. complètement banal. dans l'air du temps. je n'ai pas envie d'être dans l'air du temps. je veux être PRESENTE. je tiens le coup. je prends le temps entre mes dents et je serre. ça ne fait de mal à personne ce n'est rien d'autres que les secondes. et il y en a des tonnes. pas la peine de compter crois-moi. il y en a des tonnes.
Je serre fort »

Pour en savoir plus sur « Je n'ai jamais été mais il est encore temps », de Natyot, qui est vendu au prix de 10 €, contact : https://sites.google.com/site/grostextes/ 

1 commentaire: