dimanche 29 novembre 2020

"À la métamorphose", de Louise Moaty

 


La clé de "À la métamorphose" de Louise Moaty, recueil de poèmes publié dans la collection Polder de la revue Décharge, réside dans son titre et plus particulièrement dans ce mot : métamorphose, qui explique la diversité de ton et d'écriture de ce recueil.

Si quand elle touche les corps, la métamorphose peut être violente et provoquer la mort, elle participe aussi du grand ballet que font les éléments, avec, en premier lieu, la lumière. La métamorphose d'un être peut venir aussi de l'amour.

Les textes de Louise Moaty ont des qualités poétiques indéniables en ce qu'ils changent d'état très vite, passant de la violence à la douceur. ou de la joie à la tristesse, avec légèreté. C'est la vertu de la métamorphose.

Extrait de "À la métamorphose", de Louise Moaty :

"Je me lève
la nuit fourmille
des vieilles folles qui m'appellent
et la lune

je sors
l'herbe encore chaude
mais l'air frémit
je regarde je regarde c'est la peau

je vais mettre la peau de danger

dehors
la lune tourne
toupie folle
tourne avale dévore

dehors
le monde se moque
se rit de nous se moque
de moi

rire immense
roupie folle
rire
qui me remplit

la nuit avance
mes yeux se cabrent
les regards brûlent
là je deviens

je deviens loup
il est midi
aux cernes noirs
je reste un peu en l'air pour voir

jusqu'à demain je revivrai

jusqu'à demain."

La préface est d'Isabelle Baladine Howald, la première de couverture est de l'auteur.

Si vous souhaitez en savoir plus sur "À la métamorphose", de Louise Moaty, qui est vendu au prix de 6 €, rendez-vous sur le site de l'éditeur : https://www.dechargelarevue.com/-La-collection-Polder-.html

samedi 28 novembre 2020

"Mémoire cash", de Jean-jacques Nuel

 


Publié par les Éditions Gros Textes, "Mémoire cash", de Jean-Jacques Nuel, est un recueil de poèmes en vers libres. Très libres d'ailleurs. Ce sont des poèmes en vers anti-lyriques, que l'on dirait aplatis sur la page. Bref, des phrases découpées en vers et avec des mots triviaux dedans : nombres, chiffres au lieu de lettres, kilomètres et même prix.

Bref, l'ensemble de ces caractéristiques forme la marque du style de Jean-Jacques Nuel.

Mais ce n'est pas grave pour le lecteur que je suis, car la poésie est ailleurs. Ici, c'est ce que j'appelle poésie de situation. De la poésie anglo-saxonne à la Bukowski (d'ailleurs cité), qui se passe dans la vieille France.

Dans "mémoire cash", Jean-Jacques Nuel évoque ses souvenirs, les différences qui existent entre le monde d'hier et le monde d'aujourd'hui.

La nostalgie et la dérision sont ici présentes, La lucidité aussi sur le parcours d'une vie, entre réussites et échecs absolus. En résumé, l'eau tiède (ni trop, ni pas assez) d'une vie normale, comme à peu près toujours est la nôtre quoi.

Extrait de "Mémoire cash", de Jean-Jacques Nuel :


FUNAMBULE

je vis trop il est vrai dans le passé
remémoré ou dans le futur
imaginé

tu me reproches avec raison
de ne pas vivre dans l'instant
présent

mais le présent n'est que la ligne
de partage
étroite
fuyante
entre le passé et l'avenir

et je n'ai pas l'adresse d'un funambule
à me tenir en équilibre
sur un fil

Si vous souhaitez en savoir plus sur "Mémoire cash", de Jean-Jacques Nuel, qui est vendu au prix de 10 €, rendez-vous sur le site de son éditeur : https://grostextes.fr/publication/memoire-cash/

jeudi 26 novembre 2020

"Les confins", du Collectif Meteor

 


Quand les quatre mousquetaires (comme les surnomme Jean-Louis Rambour, dans la préface de ce livre) du Collectif Meteor, ne peuvent plus se rencontrer, à cause du confinement, ils s'écrivent à distance, chacun d'entre eux gardant naturellement son individualité profonde, dans ce match alterné de 60 poèmes.

Le lecteur y retrouve donc une écriture plus urbaine, confinée au premier sens du terme (Antoine Maine), ou plus énervée (Ramiro Oviedo), plus champêtre et/ou futuriste à la fois (Sébastien Kwiek), et plus… rare (Christophe Dekerpel).

Quatre poèmes extraits de ces échanges :

#26 - 14 avril 2020

J'ai fait le tour par la gare. Depuis la passerelle, j'ai aperçu les voies ferrées.

Je me suis demandé si l'herbe poussait déjà sur le ballast entre les rails. J'ai vu les trains qui ne partaient pas, les quais déserts. Nul amoureux nulle amoureuse venus là, figés dans l'attente de l'autre, avec le cœur qui bat boum boum.

Je me suis demandé si l'herbe poussait aussi sur les amours abandonnées.

Antoine Maine

***

#42 - 1er mai 2020

Poète confirmé

jour après jour
avec les cui-cui des rouges-gorges
les sifflets de smerles qui passent me voir
les pétales du cerisier en fleur
je fais des aérolites
je fabrique de l'air
pour soulager le cafard de la tribu
je cultive Facebook
je sème des vers
et sans faire la quête
je récolte deux likes, trois partages
un commentaire
comme preuve irréfutable de mon existence

Ramiro Oviedo

***

#36-25 avril 2020

Séparation 5

C'était quand déjà l'absence des montres au soleil
Le sel de ta transpiration sur le bout de ma langue
Le réduit du monde dans un jardin de paille
Cette fragile discrétion des jours
Les mains belles ouvertes à la terre
Nos deux corps distillés entre les herbes
Ces fois où tu portes le même chapeau que moi
Je te l'écris ce mercredi - ou plutôt un jeudi
En chaleur de ces instants vécus ensemble
Pour conjurer la mélancolie du manque
Qui cherche à ligoter le présent
Celle de toutes nos séparations
Déjà trop nombreuses
Au temps futur

Sébastien Kwiek

***

#24-12 avril 2020

À l'heure où les fenêtres s'illuminent,
où le ciel, lassé d'être bleu pour personne, embrasse la nuit
et accouche de ses premières étoiles,
j'ouvre mon Velux et me déconfine
animal, de toit en toit,
descends par la gouttière,
me couche dans l'herbe fraîchie,
lape l'eau de la mare aux grenouilles
me saoule de bourgeons enfantés
que je suce avidement,
alors défoncé, je voyage
jusqu'à l'aube nouvelle
où je redeviens homme en cage.

Christophe Dekerpel

La photographie de couverture est de Benjamin Teissedre.

Si vous souhaitez en savoir plus sur "Les confins", du Collectif Meteor, qui est vendu au prix de 12 €, rendez-vous sur le site de son éditeur, "La chouette imprévue" : https://www.lachouetteimprevue.com/product-page/les-confins

"Te léguant mon œil mort", de Jérôme Nalet

 


Drôle de recueil poétique que ce "Te léguant mon œil mort", de Jérôme Nalet, publié dans la collection Polder de la revue Décharge.

Le but de cette collection étant de faire découvrir de nouveaux auteurs (pour une fois, chez les éditeurs), il est parfaitement réussi. Pour une découverte, c'est une découverte !

En effet, la lecture de "Te léguant mon œil mort" a trouvé le moyen de m'étonner. Si l'auteur joue avec les mots, ayant recours aux néologismes comme on boit du bon vin, s'il y a de la rhétorique et de la brillance là-dedans, ce n'est pas une langue qui claque à vide, ce n'est pas pour uniquement épater la galerie que c'est écrit comme ça. Je ne le crois pas, du moins. 

Le but semble être plutôt de faire passer la révolte au grand jour, même si le rire pantagruélique est bien présent aussi.

Et cette histoire pleine de verbe et de verve de Bob, histoire de vous donner une idée de l'ambiance, m'a fait penser également en partie aux "Amours jaunes", du Vieux Corbière, à travers toutes ces péripéties, racontées en proses (ce sont elles que je préfère), en vers libres et même en sonnets.

Ça commence donc par la mise en route de Bob ("Cousin Bob"), ça continue par son amour, puis par son départ à la retraite et enfin par sa mort en plantation. Le tout encadré par "Te léguant mon œil mort" (qui donne son titre au recueil) et "Nous avons demandé des explications", deux autres textes en prose.

Extrait de "Cousin Bob", de Jérôme Nalet :

"Un nuisible de moins à engraisser le Bob, ah oui ! mais c'est tout lui, de notre faute encore, toujours, alors que pendant des années nous lui avons, respectabilité si tant est qu'un tel mot, tout donné, tout offert, jusqu'à ce soir encore, toujours, montagne de cadeaux, l'ingrat, l'ingrat, qui ose et ses semblables à nous renifler le derrière interminablement, jetez-leur ça c'est tout le bras qu'ils vous dévorent, les ingrats, n'auront jamais fini renifler vos derrières, explorer nos poubelles sans même songer à s'en cacher, détritus sont pour eux merveilles et leurs enfants, les poux, bains qui régulièrement tournent au drame à cause de leurs stupides modèles réduits."

Ah bon sang, quelque chose qui réveille, enfin !

La préface est de Thierry Pérémarti, la première de couverture est d'Antonin Faure.

Si vous souhaitez en savoir plus sur "Te léguant mon œil noir", de Jérôme Nalet, qui est vendu au prix de 6 €, rendez-vous sur le site de l'éditeur : https://www.dechargelarevue.com/-La-collection-Polder-.html



lundi 23 novembre 2020

"User le bleu", suivi de "Sous la peau", de Murièle Modély

 


Publiés par les Éditions "Aux Cailloux des Chemins", "user le bleu", suivi de "Sous la peau", sont deux recueils de poèmes réalistes de Murièle Modély. Entendez par là : qui prennent directement leur source dans le réel. 

À cet égard, si "Sous la peau" parle davantage des relations familiales (mère fille, fille mère), "User le bleu" évoque avec insistance le monde du travail, son côté très absurde, avec ses sentiments qui n'arrivent pas à sortir (ici, au travail, comme ailleurs, en dehors du boulot), car ce n'est jamais le moment et pas la place.

Murièle Modély montre tout simplement l'incommunicabilité qui existe entre les êtres.

Extrait de "User le bleu", de Murièle Modély :

"Marronnier

À l'automne
les feuilles tombent, les évaluations tombent
les chefs passent, je ressasse
d'année en année, les appréciations s'empilent
les notes de vague en vague
augmentent
et il croit
parfois moi aussi
que quelque chose va
doit
changer
comme cette fois au tout début
où l'on s'est dressé pour faire son premier pas
où depuis ce jour je marche
il marche
l'entreprise marche
tout fonctionne, tout roule
moi, sur ma chaise à roulettes
lui, dans son fauteuil à roulettes
l'exécution annuelle de notre ronde labile
et je ne comprends toujours pas pourquoi
la bonne marche de tout ce bordel
nous fait faire du surplace
comme des bêtes
dociles
dans une cage"

Si vous souhaitez vous procurer "User le bleu", suivi de "Sous la peau", de Murièle Modély, qui est vendu au prix de 12 €, rendez-vous sur le site de l'éditeur : http://aux-cailloux-des-chemins.fr/

"54 activités amusantes pour un confinement réussi", de Salvatore Sanfilippo

 


Publié par les Éditions Gros Textes, "54 activités amusantes pour un confinement réussi", de Salvatore Sanfilippo, n'a pas d'autre ambition que de faire rire ou sourire le lecteur.

En même temps, cette prétention est assez rare en poésie. De là à dire que ce qui est rare est précieux, il n'y a qu'un pas. Et même si je ne le franchis pas, je constate qu'il est plus courant, à l'inverse, de trouver des poèmes qui essayent de nous angoisser !

Il n'y a pas non plus de révolte ici, comme il y en a, par exemple, dans les poèmes de Prévert.

Dans ce recueil, Salvatore Sanfilippo écrit des variations fantaisistes sur les possibles façons d'occuper son confinement (mot devenu à la mode en 2020, avec cette épidémie de Covid 19 qui n'en finit pas), comme de le vivre, car ce confinement a l'art de nous rendre un peu plus fous que d'habitude !

Et puis, il y a d'autres poèmes, sur des sujets divers, comme celui-ci, par exemple :

"Ceci n'est pas un poème d'amour

Ceci n'est pas un poème d'amour
C'est un poème
Où on se cherche
Des poux dans la tête
Où on s'envoie des mots moches
Où on se fait des reproches
Où on déverse sa rancœur
Il faut de temps en temps
Vider son sac
Dire ce qu'on a sur le cœur
Pour remettre les pendules à zéro
Mais après
On se trouve tout penaud
d'avoir fait de la peine
D'avoir dit des choses
Pas gentilles
Sous l'emprise de la colère
Alors on regrette
Pardon
J'ai dit des bêtises
J'étais énervé
Je suis qu'un imbécile
Et on tombe dans les bras
On se fait des câlins
Parce que quand même
On s'aime bien hein ?

Ps finalement c'est peut-être...
un poème d'amour"

Les belles illustrations de 1ère de couverture, ainsi que celles des pages intérieures, sont de Chrisal, qui a déjà collaboré à d'autres recueils de Salvatore Sanfilippo.

Si vous souhaitez vous procurer "54 activités amusantes pour un confinement réussi", de Salvatore Sanfilippo, qui est vendu au prix de 8 €, rendez-vous sur le site de l'éditeur : https://grostextes.fr/publication/54-activites-amusantes-pour-un-confinement-reussi/

dimanche 15 novembre 2020

"Anges profanes", de Frédérick Houdaer

 


Publiés par les Éditions La passe du vent, "Anges profanes", de Frédérick Houdaer, regroupe trois recueils aux titres engageants : "Angiomes - Engelures - Engeances". Il s'agit de la réédition de cette trilogie de textes parus initialement de 2005 à 2012 (par le même éditeur).

Jean-Marc Flahaut, dans sa préface, fait part de sa découverte décisive des poèmes de Frédérick Houdaer. C'est que cette poésie-là, qui est inspirée de la poésie anglo-saxonne (par exemple, celle de Bukowski, de Brautigan), était une denrée rare en France, surtout à la fin du siècle dernier.

En effet, cette poésie s'appose au lyrisme d'images du vieux monde. Cependant, avec Frédérick Houdaer, non seulement, les poèmes en vers libres racontent des histoires, mais en plus, c'est comme si chaque poème était un micro-roman.

Et qui dit narration ne dit pas forcément humour ou jeux de mots. Ici, il n'y a que la mâchoire qui rigole. Il est souvent question des rapports difficiles entre personnes de sexes différents, voire entre les humains. Ainsi, ces poèmes ont un côté subversif permanent. 

Enfin, la vraie permanence de ces textes est constituée par la soif d'écrire envers et contre tout.

Extrait de "Anges profanes", de Frédérick Houdaer :

"INDICE DE PROTECTION

nous ne sommes pas partis en vacances
cette année
au lieu de fouler le sable de la plage
nous foulons le bitume d'un parking de supermarché
et ma femme
au lieu de se plaindre
ferait mieux d'ouvrir les yeux
ici
piscines à vendre
coques de plastiques imposantes
crénelées
et le soleil qui frappe ces énormes coquillages ouverts"

L'illustration de couverture est de l'auteur (modifiée d'après une photo originale).

Si vous souhaitez en savoir plus sur "Anges profanes", de Frédérick Houdaer, qui est vendu au prix de 15 €, rendez-vous sur le site de l'éditeur : https://lapasseduvent.com/Anges-profanes.html?indextitre=4&titre=A#livre929