lundi 4 novembre 2019

"Vracquentaire ou Fracas d'une course en détraque", de Christine Zhiri


Il y a deux façons d'aborder "Vracquentaire ou Fracas d'une course en détraque", de Christine Zhiri, publié dans la collection Polder de la revue Décharge.

Bien sûr, la première façon ne va pas sans la deuxième.

La première façon, c'est par le biais du langage. Celui est vraiment remarquable : très musical à mon goût, mais d'une musique syncopée par des k ou q. Question de rythme donc.

La deuxième façon, c'est que ce langage mouvementé décrit une progression à travers le monde réel des villes. 

À cet égard, chaque ensemble de poèmes en vers est précédé d'une sorte d'argumentaire en prose et en italique dans lequel le sujet de cette partie du recueil est exposé : celui de la file d'attente devant un guichet, du remplissage de formulaires, du passage devant une caméra de vidéo-surveillance ou un interphone, d'une journée d'un être humain envisagée sous son angle purement qualitatif.

Ainsi, le langage employé dans "Vracquentaire" est mis au service d'un sujet qu'il qualifie avec justesse, sans exagération ni apitoiement, mais avec la certitude d'une absence de liberté. 

Bien sûr, chaque poème est également un ressenti, voire un échappatoire dans la fuite, la seule attitude possible sans dégâts.

Extrait de "Vracquentaire ou Fracas d'une course en détraque", de Christine Zhiri :

"dézingue le fracas des pieds sauvent qui peut
jamais s'arrête le grand branle-bas des saccages

mains de tête échafaudent rampe de
   lancement
tirs à vue en clafoutis de bonbec

cours cours

des figures rocambolent leurs équilibres
de joies patraques en bousculade

cours cours au-dessus du réel
à grandes foulées sauvages"

La préface est de James Sacré et l'illustration de première de couverture de Janna Zhiri.

Si vous souhaitez vous procurer "Vracquentaire ou Fracas d'une course en détraque", de Christine Zhiri, qui est vendu au prix de 6 €, rendez-vous sur le site de l’éditeur : http://www.dechargelarevue.com/-La-collection-Polder-.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire